Écrits pour jours de pluie

Parce qu'un jour l'averse cessera de tomber.

Blog bilingue – bilingual blog

L’autrice (fr)

Femme bi occitane qui navigue entre le sud et l’alsace en rêvant aux Pays-Bas. Folle, excentrique, pas fiable, un peu bancale, je fais partie de ceux qui remplissent les marges que certains rêvent vides. Pourquoi être heureux quand on peut rentrer dans la norme ? Demandait Janette Wintterson dans le titre de son roman qui me regarde plein de jugement sur ma bibliothèque. Et puis, c’est quoi, la norme ? Pourquoi ma norme mérite d’être dédaignée ? Je veux créer pour les gens un peu chelou, un peu twisted, ceux qu’on étiquette foux/folles, queer, tox, et leur beauté qui éclaire le soir, étoiles qui éclairent le ciel sous lequel ronronne le train de ma vie. Je vis pour la nuit, où l’interdit est effacé au levé du soleil, et où les attentes du monde se retirent sans faire de bruit, me laissant face au cri de mes pensées que j’exorcise avec l’écriture et les paradis artificiels

poésie – journaux – textes engagés – photo – zines – collaborations

en

Bi woman from Occitanie, wandering between the South of France and Alsace while dreaming about the Netherlands. I’m the crazy, excentric, unreliable narrator filling the margins of society some dream of seeing empty. Why be happy when you can be normal? Asked Janette Wintterson in one of her novels, which I can feel staring me from my bookshelf. And whatever, what is normal anyway? Why is my normal worth being frowned upon? I want to create for the freaks, the one people call weird, mad, queer, junkies, write about their beauty that shines in the sky above the train-like murmur rythm of my life. I’m living for the when the night comes, when the limits of what’s deemed acceptable blurr, where sins get erased when faced with the light of the morning sun, and where societal expectation silently disappear, leaving me with my screaming thoughts I try to exorcise with words and artificial paradises.

poetry – diaries – engaged texts – photography – zines – collaborative works

La vie en décalé (fr)

Vivre dans la marge, c’est comme être dans le mauvais train, ou en perpétuelle attente d’une correspondance. C’est mieux si on prend pas trop de place, et idéalement si on coûte pas trop à la société. D’un coup tout le monde te connait mieux que toi et tes moindres traits sont diagnostiqués pendant que se déroule à tes pieds le tapis du perpétuel et infini retour à l’institution parce qu’il n’existe pas de solution.

Et puis, ces disputes de familles à ton sujet auquel tu assistes comme si tu étais un simple objet.

Et puis, il y a les crises. Ces moments d’impuissance qui dépassent l’entendement. Quand tous les indices donnés par la réalité vont forcément vers le complot contre toi, alors que t’es même pas si bien, prenez donc un anxiolytique.

Living on the edge (en)

Living on the edges is like being in the wrong train, or stuck forever waiting for your connection. Don’t take too much space, please don’t cost too much to us, the useful ones. Suddently everyone knows you better than you do, every aspect of your being is something to be diagnosed while rolls under your feet the way that doctors are paving to make sure you will always go back to being institutionalised, since there is nothing better to do with you.

Honorable mention to all the times your family is arguing in front of you like you were nothing more than an inanimate object.

And then, there’s the crisis. These helpless times you’re watching something distress bigger than anything else unfold. When all the cues given by reality are telling you the world is against you, while you’re not even worth it, just take that anxiolythic.


Derniers poèmes – Lastest pieces

Certains poèmes sont inspirés d’artistes ou de lieux existants et publiés avec leur autorisation – une occasion de découvrir d’autres univers !
Some pieces are inspired by existing places or artists and publish with their accord – an invitation to discover other universes!

  • L’espoir

    L’espoir, c’est un soir
    Dans l’herbe s’assoir
    Regarder les étoiles
    Et peindre le futur avec le ciel comme toile. 
    D’un coup, sans dire pourquoi 
    Plus d’espoir 
    Tout est noir… 

    Et notre optimisme qui reste coi 
    Dans les moments malheureux
    Il faut repenser à ce futur peinturluré 
    S’y accrocher comme à sa muse un amoureux
    Repenser aux étoiles et 
    Se dire que l’instant présent 
    Est une pièce à ajouter 
    À cette peinture qu’il faut garder
    Précieusement

    Barbara Ferreres, 2021, tous droits réservés. Texte écrit dans le cadre d’un jeu d’écriture avec un ami, un échange de poèmes sur le thème de l’espoir.

  • Notre chaos heureux


    Notre chaos heureux

    Notre chaos heureux

    Ils ont prédit pour nous deux
    Un avenir désastreux
    Où la chute dans les drogues
    Serait notre symbole

    Pourquoi faire tant d’histoires ?
    Si tu ne valides pas le nouveau chapitre,
    Cela ne veut pas dire que tu dois t’arrêter au titre

    Ils attendent de nous deux
    Que nous nous déclarions notre flamme
    En mettant à feu et à sang leur équilibre à eux

    Vous aimerez aussi : 
    Nuit chérie (poème)
    Rendez vous chez l’addictologue (tranche narrative)

    « Il est immature »
    « Il a des problèmes d’addiction »
    Comme si je me carrais pas de l’héro dans le fion !

    Soyons deux adolescents
    Mais sans être innocents
    Mettons feu aux bien-pensants
    Pour raviver notre flamme

    Si nôtre amour est volé,
    Allons au musée main dans la main,
    L’y déposer avec les reliques de Martinique et d’art africain,
    Afin d’en attester son authenticité

    Pas de calme après la lutte
    Soulève ma jupe
    Glisses y ta tête
    Pour un aperçu du delta de la Têt

    Les gens sont malheureux
    A l’idée que nos jours heureux
    Soient volés par les racistes
    Comme si perdu yeux dans les yeux
    Nous voyions leurs slogans finis à la pisse

    Allez viens prends moi la main,
    Avançons vers notre destin,
    Et nos lendemains.

    La haine de ces malheureux
    Ne nous effleure pas dans l’intensité
    De nos moments à deux – ceux
    De deux factieux

    À ceux qui ont prédit pour nous deux
    Un avenir désastreux
    Laissez nos détracteurs,
    Nous sommes bien deux emmerdeurs.

    Pourquoi se tirer vers le bas ?
    Quand nous pouvons nous prendre dans nos bras ?

    Barbara Ferreres, 2024

    Commentaires : Notre chaos heureux
  • Strasbourg tu m’as saoulé


    Strasbourg tu m’as saoulé

    Strasbourg tu m’as saoulé

    Strasbourg tu m’as saoulée,
    Jme casse
    T’es toujours grisée,
    Mais t’as l’alcool mauvais
    Toujours sur mon épaule à chialer
    Mais pas foutue d’évoluer
    Jme casse

    Il est temps de divorcer
    Tu te veux progressiste
    Mais t’es juste un gros nid de racistes
    Jme casse

    Soi-disant qu’à Hautepierre
    J’allais me faire fracasser à coup d’pierres,
    Mais vous êtes si plein de clichés,
    Qu’c’est le seul endroit où les voisins me saluent
    Pendant qu’ailleurs leur regard m’tue
    Jme casse

    De la Seconde Guerre Mondiale
    Strasbourg n’a pas rangé les armes
    Les larmes de rage coulent toujours
    Avec la langue comme seule recours
    Je retourne à la résistance
    Dont on reconnaît la présence

    Vous vous voulez progressistes
    Mais c’est qu’un gros nid de racistes
    La seule vie du noir du soir c’est l’eau de vie
    Versée par les antiracistes
    Qui cognent comme la gnôle
    C’est pas pour deux attaques de fâchos
    Et un politique vélo
    Que vous êtes de vrais gochos
    Jme casse

    Car quitte à ça jpréfère me manger le cagnard
    Et me casser autre part,
    Aller emmerder les fachos,
    Là où il fait chaud

    Strasbourg t’es tellement coincée,
    Que même les étrangers veulent pas rester
    Y’a que des champs et des bois
    Tout ça m’a l’air de bien brûler,
    Mais flemme d’affronter l’Office forestier

    Quitte à avoir la gueule de bois,
    Et pouvoir faire feu de tous bois,
    C’est à Alliot que je vais aller faire des doigts

    Strasbourg t’as l’alcool mauvais
    T’as dézingué la soirée
    À insister que t’es pas bourée
    Le rapprochement France-Allemagne c’est la fumée
    Des cigarettes que les écolos de soirée
    Sont pas foutus d’jeter au cendar
    Tu parles d’un étendard !

    Strasbourg t’es pas la voix de la raison,
    Arrête de vouloir faire la l’çon
    T’auras l’air moins con

    Et pas besoin d’un putain de Tramway
    Pour un cancer meilleur marché
    J’irais par les Pyrénées
    Hommage à ma lignée,
    De ton brouillard plein de tocard jme barre
    Comme tous ceux qui sont pas trop cons
    Chez moi quand on me saoule c’est au Ricard

    En cadeau d’eau revoir,
    Je brûle tout par cette chanson,
    Même les oiseaux de ton blason,
    N’aiment pas ta région

    Comme eux sans regrets
    Jme casse
    Strasbourg tu m’as saoulé
    Ce sera sans moi pour décuver,
    Car oui Strasbourg tu m’as donné ta boue 
    Moi moi je n’fais pas de l’or 
    J’te la jette juste à la gueule plus fort 
    En criant
    « Jme casse ! »

    Barbara Ferreres, 2024

    Commentaires : Strasbourg tu m’as saoulé
  • À la lumière des lamparos


    À la lumière des lamparos

    Cette histoire d’un soir, 
    Est la matrice d’innombrables heures débauchées 
    D’un groupe de jeunes paumés 
    A deux pas de la mer méditerranée 
    La vie va les séparer,
    Gardez pour l’instant le secret;
    Leur innoncence intouchée est protégé,par les pécheurs aux lamparos 
    Dont lueur d’espoir trompeuse piège qui ne supporte par le noir.

    Chut..!
    C’est le moment où le silence immobile de la nuit 
    Pousse les maraudeurs saoulés par la chaleur de l’ivresse 
    À rechercher sa fraicheur 
    Du village à sa plage,
    Ils se font poissons migrateurs 
    Dont le bruit raisonne d’autant plus fort qu’il est interdit, 
    Comme un scintillement d’écailles qui les trahit. 

    Ils imitent sans le savoir, 
    La danse macabre des insectes et sardines happés par l’éclairage artificiel 
    Tournant autour d’un répertoire d’histoires perpétuel
    Dont la lumière du jour éclatera le superficiel. 

    Aux rues éclairées se succède des chemins noyés dans l’obscurité
    Des jets d’urines derrière les maisons voisines, couverts par leurs rires
    Les champs de Sainte-Marie se succèdent
    Jusqu’à ce que se fasse sentir l’odeur de salé typique de ces rivages familiers et pourtant incessamment recherchés
     Inconscient des ravages du temps, il se fait toujours plaisant,
    Où rien n’existe après vingt ans. 

    Les flashs des portables sont d’autant d’éclairs, 
    Absorbés par la mer, 
    Qu’il était alors important, de pouvoir toucher des pieds le plus longtemps 
    De pouvoir toucher par tous les temps

    Je pense le vague à l’âme, 
    Aux lamparos qu’on observait pêcher 
    Sur la côté catalane
    Aveuglés par l’alcool, la lune, les étoiles, et leurs lumières rondes
    On refaisait un monde 
    Où l’on pensait se voir toujours, 
    De nos affaires alors ensablées, 
    Tout s’est évaporé. 

    La tiédeur du sable me rendait mélancolique 
    Je les voyait courir au loin, n’entendant déjà plus leurs discussions
    Peut-être percevais je déjà tous les indices
    D’une séparation plus profonde que les filets 
    Qui permettaient au passé de ressurgir en sécurité;
    Tout comme les plantes et les trous que l’ont ne pouvait pas voir, 
    La lumière du soir les a fait plonger dans le noir,
    De ces sentiers empruntés en secret 
    Cachette de ces chats qui eux nous voyaient venir 
    Et qu’on faisait fuir. 

    Seules nous ramenaient à la réalité, les rares fenêtres allumées
    Et la fraicheur tempérée de la méditerranée
    Dont les marrées ne sauraient effacer, 
    Les traces laissées par les garçons qui se coursaient,
    Pendant que les plus sobres nous guidaient,
    Véritables moniteurs de centre aéré  
    Je repense à la fierté mal placée, de laisser certains grelotter
    Au nom de la perpétuation de la tradition
    De ces explorations menées en secret 
    Du jour, bien gardées. 

    Les flashs de nos téléphones sont autant d’éclairs, absorbés par la mer
    Dont l’impuissance face aux roseaux, à l’eau, au vent, 
    Se fait encre indélébile sur des vêtements
    Abandonnés depuis longtemps. 

    Oui, ces lampes aux jets balbutiants 
    Noyés dans la lumière lunaire, 
    Entouraient le noir 
    De mes espoirs réfractaires
    Adepte de son aveuglement, je me noies encore dans le nectar,
    Des nuits où l’on se couche trop tard, 
    Elle est le gardien d’un présent toujours vivant, 
    Aidant à guérir les fractures du ceux qui pour qui le présent se décline à contre-temps
    Et conjuguent sans faute le passé au futur.

    Le drapé du soir, troué d’autant d’étoiles, que de traces laissées par nos balles; 
    Laisse encore s’échapper nos rires étouffés,
    Il est autant la voile des souvenirs d’un jour, 
    Que la toile dressée en hommage,
    Aux déambulations de jeunesse qui n’a pas d’âge. 

    J’ai beau être moi revenue,
    Mais les lamparos, eux, ne sont jamais réapparus.

    Barbara Ferreres – à la lumière des lamparos 
    2024 tous droits réservés, 66470 Sainte Marie la Mer

    Commentaires : À la lumière des lamparos
  • Marco de San Francisco


    Marco de San Francisco

    C’était sur une route nationale de Bretagne 
    Sur ce chemin désert, sa mini grise comme la campagne 
    La conduisait vers une longue histoire.

    Elle était jeune, brune, jolie, grisée, 
    Il était quatre heures du matin 
    La lumière de ses deux phares, noyée dans l’illumination d’une intersection
    Éclaire trois lascards, un groupe de tocards 
    Pas avare, elle se laissa faire par leurs pouces en l’air. 

    Il me dit moi j’ai toujours préféré les prénoms féminins qui finissent en -a 
    Tu vois comme pour Anne, moi je préfère Anna
    Sur un coup du hasard, est au volant Nadia 
    Il se dit qu’elle est plutôt jolie, qu’il la voudrait bien dans son lit, ou au moins contre lui. 
    Mais voilà, il y avait ce géant, 
    Un autre fou, 
    Son nom était Marco 
    Il venait de San Francisco 
    Blond, un personnage de film indescriptible 
    Trop grand pour la voiture miniature
    L’écho de leurs cris raisonnant 
    Couvre le moteur ronronnant 
    Elle calme ces espèces de tocards 
    Qui ont l’audace de se disputer, au lieu de monter !
    Finalement entassés, le grand répète avec son fort accent américain 
    Imité trente ans plus tard par les deux copains
    « Je suis marcow de San Franscicow » 
    Ils sont eux aussi grisés, par le destin 
    Les faisant ressortir dans le noir de la nuit. 

    « Je n’étais alors qu’à demi-folle », elle me dit
    « Mais lui, il était déjà complètement parti » 
    Dans cette mini, trop petite pour les contenir, 
    Le blond répète avec son accent américain son histoire : 
    Il se fait le Marco Polo des mythes celtiques.
    D’une nuit pour lui; 
    Mais qui allait devenir pour l’autre excentrique 
    Celui d’une vie. 

    Leur carrosse se dirige doucement vers un improbable château 
    Dont le géôlier, aimable comme une porte de prison, 
    Ne s’adresse à eux que par une petite grille
    Au niveau des yeux.
    Elle toise les quatre zonzons, leur bagnole, l’odeur de la gnôle, 
    « Qu’est-ce que vous voulez ? »
    Son ton vener exagère les voyelles comme des torgnoles. 
    Ils repartent avec des pizzas 
    À quatre heures du matin, au milieu de nulle part. 

    Marco est rentré à San Francisco, 
    Frédérique qui pour Nadia n’a plus la trique occupe maintenant la place avant sans concurrent 
    Pour eux deux ? C’est assez grand. 
    Elle est garée devant la maison, 
    Sur une des trois places, c’est la troisième qui s’y succède, 
    Confondue avec la grisaille
    De Strasbourg, où se sont croisés nos courts séjours. 
    C’est leur attelage, celui de leur folie, 
    Celui d’une vie, 
    Elle n’a pas pris une ride, 
    Mais tous ont augmenté leur kilométrage. 
    Elle se fait symbole, et nargue la hiérarchie stupide  
    Pui pensait par la distance les séparer
    Au nom de la conformité; 
    Et empêcher leurs retrouvailles… 
    Quelle blague !

    Dans le flot de vin nous trinquons 
    Au culot et à la vie 
    De ceux qui ne sont pas saint d’esprit. 

    Copyright Barbara Ferreres – 2024, Tous droits réservés, reproduction strictement interdite. 

    Commentaires : Marco de San Francisco

>> Voir tous les poèmes / see all poems

Slams, chansons à texte en français, tranches narratives

Contact pour mettre un projet en oeuvre : tombelapluiepoetry@gmail.com

Newsletter – De l’art dans votre boite mail

Tranches de vie – slice of life


  • 08/07/2024 – Demain la methadone

    08/07/2024 – Demain la methadone

    Je ne sais pas à quoi m’attendre pour demain, j’ai été pas mal baladée à Strasbourg et à Perpignan, la le csapa me propose direct un rendez vous infirmier + médecin pour induction methadone avec mes test pipi bien positif ? Serait ce la fin du calvere, pour moi qui suis trop amoureuse de l’héroïne…

    Lire plus >>

  • 23/06/2024 – De l’ennui

    23/06/2024 – De l’ennui

    Si aujourd’hui j’écris, c’est pour poncer une énième fois, sous vos yeux ébahis, la pierre déjà trop polie qu’est celle de l’ennui. Nous avons tous toujours quelque chose de mieux à faire, pour finir englués dans cette sorte de paradoxale immobilité que je vous vois imaginer pendant que je parle. Invraisemblable, mais les voies du Seigneur…

    Lire plus >>

  • 09/06/2024 – Si je fleuris, traduis, écris, c’est grâce à mon sale caractère…

    09/06/2024 – Si je fleuris, traduis, écris, c’est grâce à mon sale caractère…

    Maintenant que j’écris depuis plus de deux ans et que je suis bilingue en anglais, il est temps que je vous confie la vérité : si j’ai fleuri et écrit, traduit, c’est uniquement grâce à mon sale caractère. Si vous doutez encore, je vais vous le prouver dans les lignes qui suivent, et vous verrez…

    Lire plus >>

Adopt a text – Adoptez un texte


Texte personnalisé numerique
Personnalised digital text

Poème, écriture créative, emails, rédaction web, traduction non officielle
Poetry, creative writing, emails, web writing, non official traduction

Prix minimum, prix final peut varier
Starting prices, final price may vary


  • Poème ou texte court à partir de 5€ les deux paragraphes, prix à voir selon la demande
    Poem or short text, price depending on the request
  • Écriture créative: 30€/page
    Creative writing: 30€/page
  • Site web: 50€/page
    Website: 50€/page
  • Transaction sécurisée par Paypal professionnel
    Secured transaction by professionnal Paypal

Texte personnalisé ou existant imprimé

Poème, écriture créative, lettres
Poetry, creative writing, letters

Prix minimum, prix final peut varier
Starting prices, final price may vary


  • Poème ou texte court à partir de 10€ les deux paragraphes, prix à voir selon la demande
    Poem or short text, price to see depending on request
  • Écriture créative : 40€/page
    Creative writing: 40€/page
  • Impression de texte existant : 10€
    Printing of existing text: 10€
    (par 2 pages, per 2 pages)
  • Lettre : 40€/page
    Letter: 40€/page
  • Transaction sécurisée par Paypal professionnel
    Secured transaction by professionnal Paypal

Traduction / translation

Français-anglais, anglais-français, néerlandais-anglais, néerlandais-français


  • Chanson/Song: 10€
  • Traduction non certifiée
    Non certified translation
  • Textes et sites: 30€/h
    Texts and websites: 30€/h
  • Poèmes: 50€ par text
    Poems: 50€ per text
  • Transaction sécurisée par Paypal professionnel
    Secured transaction by professionnal Paypal

>> All